De nouveaux visages pour le centre de réception de cannes de Pente Sassy

A l’entrée de Saint-André,  Pente Sassy, un centre de réception de cannes de Tereos, s’est paré d’un nouveau visage… ou devrait-on plutôt dire de nouveaux visages.

Sur un axe extrêmement passant, l’entrée du site se faisait le long d’un mur dégradé. Aussi, dans la poursuite des actions menées depuis quelques temps pour embellir et valoriser les centres de réception, a germé l’idée de parer ce mur d’une fresque un brin originale et éthique.

Art récup’, une nouvelle vie pour les pièces de sucrerie

Le choix d’une association qui porte et accompagne des actions culturelles, artistiques, environnementales… dans une démarche de développement durable pour le territoire Réunionnais s’est fait tout naturellement. C’est donc l’association Les Rencontres Alternatives, menée par des artistes utilisant des matériaux de récupération et travaillant avec des personnes en réinsertion, qui a été retenue sur ce projet. 

Après quelques rencontres pour cerner la filière canne et une visite à la sucrerie de Bois-Rouge, pour récupérer des pièces, la fresque a commencé à prendre forme sur des carnets de croquis, puis s’est réalisée en atelier et avant d’être installée sur le mur. L’humain avant tout, et la canne bien sûr en toile de fond. Intéressant et amusant.

« C’est formidable de voir une ancienne pièce sortir de l’usine et l’imaginer sous forme de masques. A l’heure du recyclage, qu’elle puisse reprendre vie d’une façon aussi poétique, c’est extraordinaire » commente Vianney Tailamée, Responsable maintenance à l’usine lors de la visite des artistes en quête de pièces de récupération.

« Pour nous, la visite de la sucrerie et des ateliers, a été une véritable inspiration et un déclic moteur dans nos créations. Ce projet nous a donné l’opportunité de réaliser une fresque en volume autour de la symbolique de la canne et du peuplement de l’île » témoignent Claire, artiste des beaux-arts et Julien, ingénieur en bâtiment, tournés depuis 10 ans dans la réalisation d’œuvres artistiques autour de la récup’ et de l’insertion.

Quatre masques humains et un de zébu très grand format, des pochoirs de cannes à sucre, et voilà un nouveau décor, plus poétique et vivant, intégré pour faire ressortir le mur.

Les pièces de tapis convoyeur, les anneaux et joints métalliques et les maillons de chaînes se retrouvent là en guise d’yeux et de bouches de personnages, et s’offrent un nouvel horizon bien loin du ferraillage.

Une belle histoire à raconter et une démarche de recyclage originale !