Au volant de mon cachalot, je partage la route !

A La Réunion, la campagne 2019 a démarré… cachalots et autres engins qui œuvrent autour du transport de canne des plateformes vers les sucreries ont repris la route.

Mais comme chaque année, avant de se remettre à flot, c’est plus de 260 acteurs du transport de cannes (chauffeurs de cachalots, conducteurs de ponts, conducteurs d’engins et prestataires externes) qui sont sensibilisés à la sécurité routière et aux bonnes pratiques.

Initié par Tereos Sucre Océan Indien depuis 2007, ce rendez-vous régulier est devenu un évènement sécurité en partenariat avec la délégation à la sécurité routière de la Préfecture de la Réunion, la DEAL et des Forces de l’ordre.

Pour garantir les conditions de sécurité pour les usagers des routes de l’île, Tereos mise sur un programme de sensibilisation autour des messages de sécurité, de rappel de la règlementation et des bonnes pratiques.

Et pour cette édition 2019, des animations inédites :

-       Un travail en atelier pour analyser les risques métiers

-       un « Vis ma vie » pour échanger les postes, le temps d’appréhender les activités de chacun et travailler en sécurité et bonne intelligence. Une mise en condition sur le terrain.

 

Mickael, chauffeur de cachalot, sous-traitant

« Monter en haut des ponts et visiter la cabine... C'est une expérience qu'on devrait tous faire en tant que chauffeur. Ça m'a permis de comprendre l'importance du placement du camion sous la trémie pour pouvoir charger en sécurité. J'ai compris aussi pourquoi certaines manipulations prennent du temps. Alors que je m'impatientais parfois sans savoir. C'est bien de connaître quelles sont les contraintes de chacun. Ça aide pour un meilleur fonctionnement et ça nous permet d'avoir une vision commune ».

 

 

2017 : un bon millésime

Le Gol Grison_11.jpg

 

2017 est une bonne année pour La Réunion qui termine la campagne sucrière avec 1 868 000 tonnes de cannes et avec un record sur le bassin de Bois-Rouge.

Si La campagne dans l’Ouest et le Sud, fortement impactée par un déficit de pluie, est légèrement en retrait par rapport à l’année dernière, la zone Est, de son côté, réalise un record en termes de tonnage.

Le cap du million, jamais atteint depuis 1999, a été franchi et dépassé. Ce cap est plus que symbolique et montre le dynamisme de la filière. C’est un signe fort pour les planteurs qui ont pu produire une telle quantité et pour la sucrerie qui a pu assurer le traitement. Il redonne de l’espoir et il  montre que le potentiel est bel et bien là.

La campagne s’achève tardivement mais, grâce aux efforts et à la volonté de tous, planteurs et personnel de Tereos Sucre Océan Indien, se termine sur des notes prometteuses.

Un bilan globalement positif pour 2017 selon Philippe Labro, président de Tereos sucre Océan Indien : « effectivement, nous avons aujourd’hui un cadre qui est stabilisé pour la filière. Nous avons aussi  une convention qui établit les relations professionnelles jusqu’en 2021, et un système qui a permis de s’adapter à la problématique des quotas sucriers. Aujourd’hui les indicateurs sont résolument au vert et les capacités de production sont là. Maintenant il faut que, planteurs et industriels, nous continuons à travailler pour inscrire la filière dans la durée ».